lundi 31 août 2015

De quel niveau suis-je?

Photo de Andrew Montgomory
Cet article vous paraîtra sans intérêt (surtout si vous ne tricotez pas), mais il sera pratique pour moi de l'avoir et de diriger mes potentiels nouveaux élèves pour qu'ils puissent se situer dans mes cours, mais probablement ailleurs aussi, surtout à ce qui a trait aux débutants et intermédiaires.
Un(e) vrai(e) débutant(e)
C'est quelqu'un qui ne sait pas tricoter et qui n'a peut-être même jamais tenu d'aiguilles à tricoter (ou un crochet: c'est là même chose pour le crochet) dans ses mains. Cette personne ne connait rien à la laine, aux grosseurs d'aiguilles et aux différents accessoires associés au tricot ou au crochet. Ça ne me fait pas peur de vous prendre au tout début. 2 mises au point: je préfère nettement vous prendre en privé, ou au moins en groupe de 3 et moins. Plus d'élèves que ça enlèverait du temps avec le professeur, ce qui est primordial à ce stade. J'ai écrit ce message pour montrer à tricoter à un enfant. Ce sont les étapes d'un(e) débutant(e), selon moi.


Prêt à suivre un cours intermédiaire
Vous avez les acquis de base, mais c'est tout.
Aux aiguilles: vous savez tricoter à l'endroit et à l'envers. Vous connaissez au moins un montage, comment rabattre vos mailles (fermer le tricot). Vous savez faire quelques diminutions et augmentations. Vous avez fait 2 ou 3 petits projets très faciles.
Vous aimeriez: apprendre à mieux comprendre un patron, tricoter en rond pour faire des mitaines, tuques, cols, bonnets et bas, faire un projet plus long. Voici un message pour apprendre à tricoter en rond.
Au crochet: vous savez faire des mailles en l'air, mailles serrées et brides simples, crocheter un rond ou un carré qui part du centre. Vous avez fait 2 ou 3 petits projets très faciles. Vous aimeriez: apprendre à mieux comprendre un patron, faire des choses qui utilisent plus de points différents, faire un projet plus long.


Les cours avancés ou techniques spécifiques
Pour ma part, je ne vois pas autre chose à montrer au crochet autre que du perfectionnement. Ce que je veux dire, c'est qu'il est difficile de tracer une ligne entre un(e) crocheteur/euse intermédiaire et avancé(e). La différence est l'expérience et la pratique.
Aux aiguilles: Vous avez fait des mitaines, des bas, des bonnets, et peut-être des chandails, mais pas nécessairement de motifs spéciaux. Toutes ces choses ont probablement été faites dans leurs versions les plus simples. Quand vous avez des questions, elles touchent davantage la finition, et ils vous manquent peut-être quelques trucs. Bref, vous vous débrouillez bien, mais vous savez qu'il vous manque encore des notions. Dans ces cours (qui parfois peuvent être suivis par des intermédiaires qui en feront les patrons les plus simples), vous apprendrez: des techniques supplémentaires, des points différents (parfois complexes), des torsades, du jacquard, du tricot ajouré, du tricot modulaire, et plein d'autres! Il peut y avoir des sections théoriques et historiques à ces cours.
Notez bien! Après 2 ou 3 ans de cours avancés (et même moins pour les tricoteuses les plus débrouillardes), vous devriez pourvoir presque tout faire par vous-même!


Vous pouvez toujours aller voir mon libellé technique-tricot ou technique-crochet pour voir si vous pourriez y apprendre de nouvelles choses!

vendredi 28 août 2015

Cul-de-Sac


Je n'avais jamais été au bout de ma rue jusqu'à ce matin. Et pourtant, j'habite là depuis 22 ans! C'est que c'est un cul-de-sac, et ça se voit avant d'y arriver. Habituellement, je tourne sur la dernière rue avant cette section. Mais ce matin, j'ai décidé d'aller voir. Ouhhh! Non mais quelle audace!
Et ces temps-ci, je tricote des bas dont le motif vient d'un patron de veste qui s'appelle "Cul-de-Sac". C'est un des merveilleux dessins de Elsebeth Lavold, cette designer Suédoise qui crée des torsades d'inspiration Viking. Je prend souvent un de ses motifs pour les mettre sur...ce qui me tente!

Revenons à ma rue. J'habite à une extrémité (ou presque: il y a une maison qui m'en sépare), et cela donne sur une autre rue. C'est l'autre extrémité qui ne débouche sur rien. Les gens sensés ne s'engagent pas dans un cul-de-sac, au sens littéral ou figuré, excepté si ils habitent une maison qui s'y trouve. Ils doivent être tranquilles les gens qui habitent un cul-de-sac, hein? J'aime la tranquillité, mais ça, vous le saviez. 

Un cul-de-sac, au figuré, c'est quelque chose qui ne débouche sur rien, qui ne fonctionne pas, par rapport à ce qu'on avait prévu. Est-ce que ma vie est dans un cul-de-sac? Sur le plan professionnel, peut-être un peu. Mais ce n'est pas grave du tout dans mon cas. Ce que je veux dire, c'est que ma carrière de tricoteuse ne pourra probablement pas aller plus loin. Je ne peux pas vivre de la vente à cause de la longueur que prend un article tricoté (voir ce message à ce sujet). Donc cet aspect de ce que je fais est un cul-de-sac. J'enseigne, une chance! Mais j'aurais bien aimé que la vente des patrons aille plus loin. Pour l'instant, ça piétine. J'en vend, mais il n'y a pas de quoi en vivre.

En fait, c'est l'aspect monétaire qui n'est pas reluisant au yeux de la société actuelle. Faut dire que j'ai plusieurs patrons gratuits! Hi! Hi! 
Mais moi, j'aime ce que je fais. Vraiment! Je tricote, je crée et je montre à tricoter à ceux/celles qui le veulent. Je suis active, mais pas stressée par mes occupations. Dans un système moins capitaliste, j'en vivrais. Mais ici, certains métiers sont hyper-valorisés comparés à d'autres.
Bof! On s'en fout! Je vis simplement (voir cet autre message à ce sujet) et j'aime ma vie! Je suis une inconnue, je suis "pauvre", mais je suis en paix et je fais ce que j'aime! 
Ça vaut très cher!
À la base de plein air de Ste-Foy

vendredi 21 août 2015

Vacances au Saguenay-Lac St-Jean (Chicoutimi et le Lac)

À la marina de Roberval

Après nos vues magnifiques du fjord, nous étions attendu chez des amis pour coucher à Chicoutimi: Marc Lachance et Pauline Hammond. Il faisait beau, nous avons profité de leur piscine, et Marc nous a emmené à la croix de Ste-Anne pour la vue magnifique (encore!) de la ville et du Saguenay.
vue de chez Marc et Pauline
La petit maison blanche épargnée lors du déluge de 1996


Marc et Yvan

Le lendemain, il pleuvait. Un peu plus et ça s'arrêtait là. Finalement nous sommes partis pour faire le tour du Lac St-Jean quand même. Un gros merci à Marc et Pauline qui nous ont reçu avec une très grande hospitalité!
Étant donné la pluie, nous n'avons par pris de photos à Alma (sauf pour le tricot-graffiti), ni dans aucune ville du côté est du Lac St-Jean (est ou nord-est?).
C'est à Dolbeau-Mistassini que nous sommes arrêtés dans un motel très bien: L'auberge La Diligence. Je ne savais pas que, de tout le Lac St-Jean, Dolbeau était la ville la plus axée sur les bleuets, au point d'être décorée à plusieurs endroits de cet emblème. La pluie ayant arrêté à notre arrivée, voilà quelques photos.
.


Rivière Mistassibi


Trop mignon!
On ne pouvait pas passer à côté! Hmmm!
Le monastère des pères trappistes: là où se fait leur chocolat
Le lendemain, nous reprenions la route pour faire l'autre côté du Lac St-Jean. Nous avions planifié de coucher à Roberval, mais la température n'était pas encore si inspirante. Donc, la dernière journée, après avoir dîné à Roberval, là où on voit vraiment le Lac, nous sommes retournés à Québec.
Au jardin des Ursulines


Si vous voulez en savoir un peu plus sur l'histoire de Ursulines à Roberval, voici un document bien détaillé.
Marina de Roberval
Ainsi s'achèvent nos vacances au Saguenay-Lac St-Jean. Nous nous promettons de faire une croisière sur le Saguenay, et de visiter le village de Val-Jalbert, peu après Roberval: les 2 choses en particulier que nous aurions aimé faire, mais qui auraient demandé plus de temps. 
Des vacances, c'est aussi fait pour se reposer!

jeudi 20 août 2015

Vacances au Saguenay-Lac St-Jean (le fjord)

À Ste-Rose-du-Nord
Après Charlevoix, nous avons pris la direction de Baie Ste-Catherine pour prendre le traversier vers Tadoussac.




Il faisait beau, alors nous avons fait un petit arrêt à Tadoussac.

Une de plus anciennes chapelles en bois en Amérique du Nord
Poste de traite des fourrures au 16ème et 17ème siècle

 Nous avons couché à quelques kilomètres de là (essayez de trouver une place à coucher à Tadoussac pour voir!), à Sacré-Coeur. 
Dans la soirée, nous sommes allés voir Sacré-Coeur sur le fjord.



Le lendemain, nous avons pris la route en direction de ville de Saguenay, mais avant, sur recommandation d'un ami (celui chez qui nous allions coucher à Chicoutimi), nous sommes arrêtés à Ste-Rose du Nord. 
Une vue imprenable sur le fjord! On se serait cru en Norvège! Mais ça nous coûte des marches en sentiers un peu escarpés (bon, j'exagère un peu) qui nous semblent un peu longs. 

Pour la vue extraordinaire, plus haut (sentier du plateau, au bout de la rue de la Montagne), la personne au kiosque d'information touristique nous avait dit que c'était plat et "pas loin". Si bien que, quand nous nous y sommes engagés, j'étais convaincue que nous nous étions trompés. Yvan m'a suggéré de "rester là", qu'il irait voir plus loin si c'était bien le sentier en question. Mais, le sentier (par son côté isolé en forêt) ne me rassurait pas du tout. Je lui ai répondu: "Pas question que tu me laisses icitte tu seule!" (la version "Québécois primitif" est sortie de moi avec une grande spontanéité)
 Mais ça valait vraiment le déplacement!




Il ne nous reste plus beaucoup de route pour arriver à Chicoutimi!

mercredi 19 août 2015

Vacances au Saguenay-Lac St-Jean (1)

Vue de la croix de Ste-Anne à ville de Saguenay
L'an passé, nous avons fait le tour de la Gaspésie et je l'avais partagé ici, sur ce blog. Nous réalisons que nous ne connaissons pas tant que ça le Québec, ce qui nous emmène à essayer de le découvrir un peu. 
Cette année, c'est le Saguenay-Lac St-Jean que nous avons décidé d'aller voir. Mais comme pour l'an passé en Gaspésie, il s'agit d'un petit voyage de quelques jours seulement. Donc, non, nous n'avons pas tout vu.
La vue de notre motel à Baie St-Paul

Nous avons décidé de passer par Charlevoix, de prendre le traversier de Baie Ste-Catherine vers Tadoussac, pour longer le Fjord, se rendre au Lac St-Jean et en faire le tour. Par la suite, nous prendrons le chemin plus court (la 175) qui mène du Lac St-Jean à Québec plus rapidement.
Donc, aujourd'hui, un peu de Charlevoix. Il n'a pas fait beau à Baie St-Paul, c'est pourquoi, il n'y a pas beaucoup de photos, mais vu que nous y sommes allé l'automne passé, ça ne nous dérangeait pas trop. Et nous n'avons pas couché à la Maison Otis cette fois. Nous voulions économiser. Ouf! La chambre était ordinaire! Je ne dirai pas le nom du motel car, d'une part le personnel était très sympathique et c'était une chambre "désuète" telle que nommée par eux (leur dernière).
  
Mais à La Malbaie, le soleil s'est pointé.

Au Manoir Richelieu



Et pourquoi pas un peu de tricot au Manoir? 
Bin quoi! Ce serait un très joli site pour un tricot-thé. Hi! Hi!

Maintenant, nous nous dirigeons vers Baie Ste-Catherine pour prendre le traversier.
À suivre...