jeudi 28 août 2014

Un peu de tout en cette fin d'août


L'été tire à sa fin, snif, snif! Pour mes élèves, mon "programme" devrait sortir d'ici 2 semaines au plus tard. Mais pour les débutantes (et aussi celles qui prennent leurs cours en privé), vous pouvez me faire signe tout de suite car les inscriptions ont déjà commencé à entrer.
Voici mes dernières productions.

Un de mes nouveaux modèles en réserve, côté patron

Patron: Rain down!

Patron: Chaussons Samplers

Et j'ai pris les photos de mon autre fils, Hugo, et sa veste: il est parti en France pour toute la session d'automne. Avouez qu'elle lui va bien!





Et j'ai commencé le chandail de Camille.



Profitez bien de ce qui reste d'été: c'est une saison si courte au Québec!

vendredi 22 août 2014

Paresseuse!


 Ce n'est que la 2ème fois que je publie sous ce libellé (mots aimés-détestés), car je n'ai pas tant que ça de temps pour écrire le fruit de mes réflexions. C'est pas les idées qui manquent! Des mots que je déteste, il y en a plusieurs! En général, je réalise que ce sont des mots qui représentent un jugement (positif parfois, mais surtout négatif) sur une personne. Et, au final, c'est une chose que je n'aime pas: le jugement. Qui sommes-nous pour évaluer une personne? On le fait en général parce que cette personne est différente, agit différemment et pense différemment de nous. Bien sûr, je ne parle pas de ce qui est vraiment mal, mais de ces petites choses qui font que nous sommes tous un peu différents les uns des autres et, donc, pas tous platement identiques.

Celui d'aujourd'hui, j'y aurais été avec un "beau mordant" si ça n'avait été d'une petite chose qui me fait reculer d'un pas dans mon ardeur: J'ai un peu réalisé que je déteste le jugement de valeur sur une personne disant qu'elle est "paresseuse"...parce que je le suis moi-même. 
Dans ma 1ère lancée, je voulais vous dire que la paresse pure n'existait pas. Car il est vrai que, bien des fois, pour qu'une personne nous semble paresseuse, il y a une autre donnée qui l'accompagne. Que ce soit la peur, la dépression, la timidité, un manque d'initiative, ou un état de santé un peu (ou beaucoup) invalidant, la paresse me semble rarement seule. Mais (et c'est là que je recule un peu), à cause de cette autre donnée, nous "tombons" à un moment donné dans une sorte de léthargie appelée "paresse". Voilà pour mon honnêteté!
Le problème, c'est que je me suis rendue compte que si on recule de, mettons, 50 ans, la paresse était mal vue, alors qu'aujourd'hui, elle est un peu mieux acceptée. Et moi, on dirait que je ne comprend pas ce besoin de s'activer (de façon mal organisée parfois), juste pour avoir l'air "vaillant". C'est une notion qui m'est quasi étrangère. Je m'active quand j'ai quelque chose à faire ou quand je suis très motivée par une tâche. En-dehors de ça, je n'éprouve pas de culpabilité à tricoter, écouter de la musique, lire, écrire, bref, "prendre ça mou" comme on dit en bon Québécois. J'ai tellement l'impression que tout le monde court sans arrêt dans la société moderne. Pourquoi faut-il vivre à 100 à l'heure? Je ne suis carrément pas dans cette tendance, et quand je l'ai été un peu (parfois, on a presque pas le choix), je me suis rendu compte que ce "mode" ne me convenait pas du tout! 

Vous comprendrez que, pour moi, l'entraînement dans le seul but de se mettre en forme est une horreur. Je dois trouver une autre motivation. J'ai fait beaucoup de danse parce que j'aimais cela profondément, mais, je déteste presque tous les sports, particulièrement la course et tout ce qui est très cardiovasculaire. Si je veux m'entraîner, je marche ou je fais quelque chose qui ressemble à de la danse (work-out, zumba et cie).

Et si on me parle de quelqu'un qui ne fait vraiment rien, qui n'aime rien, j'ai de la misère à ne pas penser que cette personne est peut-être tout simplement dépressive. C'est vrai! Tout le monde a quelque chose qui l'intéresse et dans lequel il/elle va accepter de mettre des effort, sinon, c'est peut-être quelque chose d'autre qui cloche.
Et on peut parler de différents types de paresse: physique (ne pas se remuer), intellectuelle (ne pas vouloir s'instruire: je ne parle pas d'études), spirituelle (ne pas faire ce qu'on sait être bien, juste parce qu'on en a pas envie). Finalement, qui peut dire qu'il n'est pas paresseux, au moins un peu, dans un domaine ou l'autre?
Ahem: mine de rien, sur cette photo, je venais de me taper 18km à pied!
Alors oui, la paresse existe, mais ne traitez pas les gens de paresseux: essayez de les comprendre. Vous ne savez pas tout sur eux. Pour ma part, je suis la paresseuse de certains et la vaillante de d'autres, dépendamment de ce que les gens regardent. Si la paresse existe, c'est à chacun d'évaluer si il/elle a du chemin à faire dans ce domaine. 
Et le mot "paresseux/euse" m'énervera toujours! 

lundi 18 août 2014

Entre deux

L'eau de la piscine est plus fraîche, mais Yvan se baigne toujours!

Ce n'est plus tout à fait les vacances et, si j'ai commencé à regarder "légèrement" pour mes cours, je ne suis pas dans la préparation proprement dite. 
Alors voici ma "production" des dernières semaines.
Patron: Un mélange de Cœur à cœur et bas feel good

Patron: Symétrie no 3 (les gants)

Patron: gants Chérie

Patron: bas symétriques no 2 (mais avec des modifications)


Ci-haut, un nouveau patron (pas publié), inspiré de tous ces paysages d'arbres vus dans mes vacances.
J'ai complété la veste de mon fils le plus jeune. Il manque les photos sur le modèle...et la pose des boutons.





À la prochaine...quand j'aurai quelque chose à dire ou à montrer! 

mardi 12 août 2014

Une tricoteuse à l'Anse-au-Sable


Qu'est-ce que je fais quand je suis en vacances dans un endroit tranquille?
Tout d'abord, je me lève un peu plus tôt le premier matin pour découvrir les lieux.



Le dernier message montrait encore plus de paysages
Et, oh! Je me suis découvert un petit coin de luminothérapie dans le chalet!

Quand Yvan s'est levé et qu'il m'a vu installée comme ça, il trouvait que je lui faisais penser à un chat. Mais Yvan, qui construit sur les idées des autres. en a trouvé un autre encore mieux.

Mais il me l'a partagé plusieurs fois! Cher Yvan!  
Après, quand on loue un chalet, il faut cuisiner quelque chose pour bien s'approprier les lieux. Cette fois, c'était des muffins dans un moule carré (il n'y avait pas de moules à muffins) au gruau, blé et fruits secs.

Je tricote dehors beaucoup!
Vers la fin de la semaine, nous avons eu une rencontre de tricoteuses du bas St-Laurent à la Maison de thé Bonté Divine.

Et quelques photos préférées en vrac...



Je pense que nous allons y revenir!

lundi 11 août 2014

Rendez-vous de l'anse


Je sais j'ai été plutôt absente ces derniers temps. J'ai 2 raisons, et la 1ère c'était...
...les vacances!

Voici le chalet que nous avons loué pour nos vacances à l'Anse-au-Sable, dans le coin de Rimouski. Nous avons vraiment aimé l'endroit et nous avons eu une température formidable!



Du soleil et un petite brise fraîche vivifiante, accompagné du parfum de la mer et des églantiers. J'avais l'impression de respirer plus profondément, sans y penser.





De plus, je me suis mis à écrire de petits poèmes. Voici, par exemple, ce que j'ai écrit dans le petit cahier au chalet, prévu pour que les invités y écrivent leurs impressions:

Là où le fleuve finit
Se cache un lieu bénit.
Nous avions pris rendez-vous
Pour quelques sous.

C'est un lieu de silence
Caché dans une anse.
L'immensité à perte de vue,
Les tracas ne sont plus.

Le vent nous propose des odeurs
De mer et de fleurs.
Les soleil est plus doux,
On s'y sent chez nous.

J'espère y retourner
Par une belle journée.
Je veux retrouver cette présence,
Celle du rendez-vous de l'anse.

Bon, j'avoue, ça a l'air d'une pub pour le chalet mais, c'est un peu ça mon nouveau dada: écrire de petits poèmes juste pour m'amuser. J'en ai fait quelques uns sur facebook et je vous en ramènerai quelques uns en temps et lieu. Mes premières inspirations me viennent du tricot et de petites choses simples.

Le prochain message portera encore sur nos vacances, mais dans la vision d'une tricoteuse!