vendredi 22 août 2014

Paresseuse!


 Ce n'est que la 2ème fois que je publie sous ce libellé (mots aimés-détestés), car je n'ai pas tant que ça de temps pour écrire le fruit de mes réflexions. C'est pas les idées qui manquent! Des mots que je déteste, il y en a plusieurs! En général, je réalise que ce sont des mots qui représentent un jugement (positif parfois, mais surtout négatif) sur une personne. Et, au final, c'est une chose que je n'aime pas: le jugement. Qui sommes-nous pour évaluer une personne? On le fait en général parce que cette personne est différente, agit différemment et pense différemment de nous. Bien sûr, je ne parle pas de ce qui est vraiment mal, mais de ces petites choses qui font que nous sommes tous un peu différents les uns des autres et, donc, pas tous platement identiques.

Celui d'aujourd'hui, j'y aurais été avec un "beau mordant" si ça n'avait été d'une petite chose qui me fait reculer d'un pas dans mon ardeur: J'ai un peu réalisé que je déteste le jugement de valeur sur une personne disant qu'elle est "paresseuse"...parce que je le suis moi-même. 
Dans ma 1ère lancée, je voulais vous dire que la paresse pure n'existait pas. Car il est vrai que, bien des fois, pour qu'une personne nous semble paresseuse, il y a une autre donnée qui l'accompagne. Que ce soit la peur, la dépression, la timidité, un manque d'initiative, ou un état de santé un peu (ou beaucoup) invalidant, la paresse me semble rarement seule. Mais (et c'est là que je recule un peu), à cause de cette autre donnée, nous "tombons" à un moment donné dans une sorte de léthargie appelée "paresse". Voilà pour mon honnêteté!
Le problème, c'est que je me suis rendue compte que si on recule de, mettons, 50 ans, la paresse était mal vue, alors qu'aujourd'hui, elle est un peu mieux acceptée. Et moi, on dirait que je ne comprend pas ce besoin de s'activer (de façon mal organisée parfois), juste pour avoir l'air "vaillant". C'est une notion qui m'est quasi étrangère. Je m'active quand j'ai quelque chose à faire ou quand je suis très motivée par une tâche. En-dehors de ça, je n'éprouve pas de culpabilité à tricoter, écouter de la musique, lire, écrire, bref, "prendre ça mou" comme on dit en bon Québécois. J'ai tellement l'impression que tout le monde court sans arrêt dans la société moderne. Pourquoi faut-il vivre à 100 à l'heure? Je ne suis carrément pas dans cette tendance, et quand je l'ai été un peu (parfois, on a presque pas le choix), je me suis rendu compte que ce "mode" ne me convenait pas du tout! 

Vous comprendrez que, pour moi, l'entraînement dans le seul but de se mettre en forme est une horreur. Je dois trouver une autre motivation. J'ai fait beaucoup de danse parce que j'aimais cela profondément, mais, je déteste presque tous les sports, particulièrement la course et tout ce qui est très cardiovasculaire. Si je veux m'entraîner, je marche ou je fais quelque chose qui ressemble à de la danse (work-out, zumba et cie).

Et si on me parle de quelqu'un qui ne fait vraiment rien, qui n'aime rien, j'ai de la misère à ne pas penser que cette personne est peut-être tout simplement dépressive. C'est vrai! Tout le monde a quelque chose qui l'intéresse et dans lequel il/elle va accepter de mettre des effort, sinon, c'est peut-être quelque chose d'autre qui cloche.
Et on peut parler de différents types de paresse: physique (ne pas se remuer), intellectuelle (ne pas vouloir s'instruire: je ne parle pas d'études), spirituelle (ne pas faire ce qu'on sait être bien, juste parce qu'on en a pas envie). Finalement, qui peut dire qu'il n'est pas paresseux, au moins un peu, dans un domaine ou l'autre?
Ahem: mine de rien, sur cette photo, je venais de me taper 18km à pied!
Alors oui, la paresse existe, mais ne traitez pas les gens de paresseux: essayez de les comprendre. Vous ne savez pas tout sur eux. Pour ma part, je suis la paresseuse de certains et la vaillante de d'autres, dépendamment de ce que les gens regardent. Si la paresse existe, c'est à chacun d'évaluer si il/elle a du chemin à faire dans ce domaine. 
Et le mot "paresseux/euse" m'énervera toujours! 

Commentaires