lundi 3 février 2014

Je rêve de...

(Je rêve de...sera un nouveau libellé où je me laisserai aller sur mes aspirations personnelles et sociales. Rien d'encore sérieux, juste rêver)
crédit photo: cercle des fermières de St-Michel-de-Bellechasse

...créer un programme pour enfants, peut-être de 9 à 12 ans, en art textile de base. Les cours d'enseignement ménagers, sciences familiales et économie familiale ne sont plus. On les jugeait moins importants que les matières académiques (français, maths, sciences et langues). Ce qui fait qu'aujourd'hui, les jeunes femmes doivent aller chercher les informations (une chance qu'il y a internet pour ça aussi!) si elles veulent savoir ce que nos mères et grand-mères savaient plus facilement, puisque ces techniques leur étaient enseignées à l'école. J'aurais beaucoup à dire sur les choix du gouvernement en matière d'éducation, mais là n'est pas mon propos aujourd'hui.
Je viens de terminer une série de petits ateliers que nous avons donné bénévolement dans une école près de chez moi, quelques femmes de mon cercle des fermières. J'aime vraiment le contact avec des enfant de cet âge, quand elles sont ouvertes à apprendre ce qui ne leur est plus présenté aussi facilement qu'autrefois. La transmission du patrimoine d'art textile et le savoir-faire manuel ne doit pas mourir! J'aimerais donc, trouver un programme de remplacement pour que ces jeunes puissent apprendre les rudiments de la couture, du tricot, du crochet et autres techniques. 
Je ne ferais pas ça toute seule et je verrais la formation de jeunes adultes pour faire le lien des générations. Je préparerais un programme de base (on ne viserait pas l'excellence, mais la connaissance de base), le montrerais à de jeunes adultes qui l'enseigneraient aux enfants. Moi et d'autres femmes de ma génération superviseraient le tout dans une ambiance relax, chaleureuse. Ces enfants auraient des contacts avec des femmes qui feraient figures de tantes, grandes sœurs et grand-mères. 
Le lien entre les générations et le passage du savoir-faire manuel: voilà mon rêve!

Commentaires