mercredi 30 novembre 2011

Comment je gagne ma vie


Je prends un peu de votre temps pour vous parler de ce que je fais dans la vie. Disons que je donne des cours de tricot, je vends à quelques expositions mes articles tricotés et je vends mes patrons. J'ai répondu de façon à être comprise par la plupart des gens qui demandent comme premier contact avec une personne: Qu'est-ce que tu fais dans la vie? Je leur réponds ce que je viens de vous dire, car cette question demande en réalité: comment gagnes-tu ton argent?

Avant de poursuivre, je dois admettre que tout ce que je viens de vous dire est loin de me donner, ce qu'on appelle une job à temps plein. Et alors?
Il était autrefois presque immoral pour une femme de travailler hors de la maison. Aujourd'hui, c'est le contraire qui semble immoral. Je ne viens pas ici pour défendre nécessairement le rôle de femme à la maison, car en réalité, il n'y a pas qu'une seule façon de vivre; et si on assume nos choix, où est le problème? Je veux plus parler du problème qui fait que nous évaluons les gens au montant d'argent qu'ils gagnent. Croyez-moi, je crois au travail, à l'activité: il est sain de s'occuper et de se rendre utile. Mais regarder la situation, la carrière, le montant d'argent gagné plutôt que l'identité, la passion et l'unicité d'une personne, ça me hérissera toujours! Je sais que presque tout le monde va lire ce que j'écris et dire: "Ouin, c'est vrai ça!" Mais à la première occasion, nous allons juger très facilement la personne qui est sans travail...sans même nous en rendre compte.

La société de consommation telle que nous la connaissons et le travail pour un salaire sont relativement nouveaux. Voyez ce documentaire à ce sujet.Comprenez-moi bien, je ne suis pas en train de dire que nous devrions tous laisser nos jobs et se faire vivre par le bien-être social. Mais est-il nécessaire de choisir ce qui paie le plus plutôt que ce qu'on aime mieux? Est-il nécessaire de posséder toutes ces choses pour être heureux? Est-il nécessaire que les 2 parents travaillent pour que les enfants soient biens? J'ai une cousine qui, avec son conjoint, vit du produit de leur terre. Ils n'ont pas de "salaire", mais ils mangent littéralement le fruit de leur travail. Wow!

Tout à l'heure, je disais que je ne défendais pas le rôle de la femme à la maison, j'ai à moitié menti. Je défends le fait qu'un parent reste à la maison pendant que les enfants sont petits. Pauvres enfants ballotés parce que c'est la course folle dans la maison, et ce, tous les jours! Mais pourquoi la mère devrait-elle sacrifier sa carrière? C'est à voir: ça peut être le père dans certains cas. Remarquez que je n'aime pas plus les rôles figés de l'époque. Ce que je n'aime pas, c'est qu'à chaque époque, il y ait toujours des gens qui ne réfléchissent jamais, qui jugent facilement et qui imposent la façon de voir bien vue de l'époque.

Je reviens à comment je "gagne ma vie". Je suis à la maison, donc je cuisine un peu. Je fais mon pain. J'ai beaucoup cousu quand les enfants étaient jeunes. Je fais la plupart de mes vêtements. Je vis dans un petit jumelé très modeste que je décore à ma façon. J'aime les choses artistiques et créatives, mais je n'ai pas de goûts de luxes et de vie mondaine. Mon mari a un travail avec un salaire moyen. Nous sommes sur le seuil de la pauvreté (selon les normes du Québec) et...c'est complètement ridicule car nous ne manquons de rien.
Nous sommes allés manger dans un restaurant chic dans le Vieux Québec (avec un coupon-cadeau de 50$) il y a une couple de semaines et la facture de 100$ m'a fait sortir les yeux de la tête. Dire qu'on n'a presque pas relaxé tellement on était coincé par le style huppé et branché! Pas grave, c'en était drôle de dépaysement. Donc, je gagne le droit d'exister en travaillant de mes mains, en écrivant, en créant et en étant plutôt calme, et par le fait même, pas trop hystérique de stress.

Commentaires